Comment construire un storyboard pour un projet vidéo

Étape indispensable dans la création de contenu vidéo, le storyboard permet de faire le lien de l’idée à la conception. Document de référence après le brief, sa précision et sa clarté garantissent une compréhension homogène pour tous les collaborateur.rices du projet. En planifiant la réalisation d’une vidéo avec attention, les couacs sont évitables et tout le monde gagne du temps. Voici les différentes étapes pour construire un storyboard efficace.


1. Rédiger un script clair

2. Faire un moodboard

3. Découper son histoire

4. Dessiner chaque plan


1. Rédiger un script clair


C’est le moment d’être précis, voire exhaustif.ve. Dans votre script, décrivez l’« histoire » de votre vidéo avec le plus de détails possible. Les messages clés, les objectifs et la façon de les retranscrire, mais aussi la trame, les animations envisagées, la musique, la voix off, etc.


Dans le cas du motion design, il s’agira d’écrire précisément les textes et les intentions graphiques. Une fois que celui-ci est revu et validé, on passe à la phase de storyboard.


Pomelo tip 👉Le script peut faire l’objet de plusieurs allers-retours qui peuvent concerner le design général (qui normalement a tout de même dans les grandes lignes était pré validé par le.a client.e, avant la phase de storyboard, grâce aux références et parfois à quelques tests soumis à son avis), les couleurs, les formes, la disposition des éléments sur les planches, jusqu’à arriver à une version finale totalement satisfaisante.


Si toutes ces étapes se font dans l’ordre et en bonne intelligence, lorsque le.a motion designeur.se va passer à la phase d’animation sur base de la version finale validée par le.a client.e, celui-ci ne devrait pas avoir beaucoup de retours hormis éventuellement sur le rythme et la dynamique de la vidéo.


2. Faire un moodboard


Pour donner aux créas l’ambiance générale, rien ne vaut un moodboard. Dans ce ou ces documents, vous mettrez les couleurs, inspirations (d’autres vidéos, mais aussi pourquoi pas d'œuvres d’art, de films, etc.). Ainsi, les designeur.ses de vos vidéos pourront se projeter plus facilement.


3. Découper son histoire


Il est maintenant temps de découper votre script en séquences. Pour que toutes les parties prenantes parlent le même langage, n’oubliez pas de bien nommer et numéroter chaque séquence ! Vous devrez indiquer le lieu, l’ambiance, l’action qui se déroule et ajouter des illustrations.


4. Dessiner chaque plan


Voici enfin venu le moment de storyboarder ! Dans chaque case, dessinez / schématisez les éléments correspondants à la séquence du script : mouvements de caméra, animations, transitions, etc. Cette étape, c’est la « BD » de votre vidéo.


Une fois terminé, le storyboard est présenté aux différent.es acteur.rices du projet pour vous assurer de la cohérence entre ce que vous avez imaginé et la faisabilité réelle !




POV : quand le storyboard est prêt et qu'on peut passer à la réal !

gif

Crédits : Giphy



Que vous produisiez une campagne vidéo en motion design, en réel ou via n’importe quelle autre technique, la case storyboard est un passage obligé. Lien non seulement entre les collaborateur.rices, mais aussi entre l’idée et la réalisation finale, c’est grâce à cet élément que vous pourrez vous rendre compte AVANT tournage et montage des éventuelles incohérences de votre projet.



Chez Pomelo, le storyboard, ça nous connait ! Et pour cause, nous produisons vos vidéos avec passion. Envie de produire du contenu vidéo survitaminé ?





Vous souhaitez voir de quoi nous sommes capables ? Suivez ce 🍊!